logo v3

L'immobilier séduit de plus en plus les jeunes.Immo.jpg


C'est le résultat d'un sondage réalisé par les notaires de France et repris par le Journal Le Monde.

acheter-maison340x180.jpg

Dans une enquête novatrice, l’Auran (Agence d’urbanisme de la région nantaise) révèle le portrait-robot des acquéreurs immobiliers de Loire-Atlantique. Conclusion : il faudra construire pour satisfaire la demande.

pret-0Les conditions d'octroi du Prêt 0% classique sont maintenues à l'identique en 2019.

- En cas de construction: la quotité maximale est de 40% du coût de l'opération en zones A et B1 (dites tendues), et 20% en zones B2 et C. Le prêt en zones B2 et C devrait disparaître en 2020.

- En cas d'achat d'ancien avec des travaux qui représentent au moins 25% du projet (exemple: achat 150 000€ + 50 000€ de travaux): la quotité maximale  financée à 0% peut être de 40% du besoin

Concernant l'Eco-Prêt 0%, qui permet de financer les travaux d'économies d'énergies réalisés par des entreprises labellisées "RGE", ses conditions d'attribution sont simplifiées depuis juillet 2019.

Le marché du prêt immobilier est largement dominé par les banques mutualistes, selon une étude publiée par le régulateur du secteur, l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution).Banques Mutualistes.jpg

Taux.jpgAlors que les taux restent très bas et que les banques accordent de plus en plus de crédits longs, les demandes de prêts immobiliers ont augmenté depuis l'été.

La production de nouveaux prêts en hausse

La demande dans le secteur du crédit immobilier avait connu une baisse d'activité à la fin de l'année 2017. Début 2018, une reprise s'est fait sentir. En 2019, la tendance se confirme et s'accélère.

Des taux de crédit immobilier toujours au plus bas

Les taux de crédit immobilier, toujours historiquement bas, expliquent notamment la hausse de production de crédits immobiliers.

Autre tendance : soucieuses de capter de nouveaux clients, les banques accordent, aujourd'hui, de plus en plus de crédits longs, favorables aux primo-accédants.

Source Boursorama

CREDYCIA soutient le sport pour les jeunes (et les moins jeunes) à Notre-Dame des Landes.

NDdL-CREDYCIA.jpg

 

Emménagementjpg.jpgDepuis plusieurs années, le PTZ dans l'ancien sous condition de travaux a été élargi à tout le territoire. Un vrai succès.

Achat.jpg

Selon un sondage CSA pour Guy Hocquet l'Immobilier, 51% des 18-40 ans ont déjà fait l'acquisition d'un bien immobilier.

Pour 32% d'entre eux, cet achat s'est fait sans apport.

Une grande majorité des interrogés (61%) a tout de même bénéficié d'un dispositif d'aide, PTZ ou PEL le plus souvent, pour pouvoir acheter.

87% disent par ailleurs avoir eu recours à l'emprunt et ce, quelle que soit leur situation professionnelle.

Autres variables déterminantes dans l'achat de leur bien immobilier : le niveau de revenu (52%), l'épargne (23%), l'aide de l'état (18%) et enfin, l'aide familiale (12%).

D'après ce sondage, ces primo-accédants sont avant tout des couples (80%) avec enfants (pour 58% d'entre eux), de catégorie CSP (46%) et CSP + (45%), et vivent surtout dans des communes rurales ou des villes de 100 à 200 000 habitants.

Plus de la moitié d'entre eux (63%) a préféré une maison à un appartement. 

Méthodologie : sondage réalisé en ligne pour Guy Hoquet l'Immobilier par l'Institut CSA, en mars 2015, sur un échantillon national de 2000 personnes âgées de 18 à 40 ans, constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, statut professionnel et profession).

Les primo-accédants cherchent de nouveau à acheter leur bien immobilier. Selon le réseau Guy Hoquet, ils représentent 35 % des acheteurs immobiliers.

Il ressort du sondage CSA commandé par le réseau que 14 % des Français non propriétaires sont actuellement engagés dans une démarche d'achat avec pour objectif principal d'acquérir une maison (pour 63 % d'entre eux) plutôt qu'un appartement (hors Paris et petite couronne où les prix restent trop élevés).

Le budget moyen des primo-accédants est de 164 000 €, mais 41 % d'entre eux déclarent posséder un budget compris entre 150 000 € et 300 000 €.

Mieux, le nombre d'acquéreurs potentiels, ceux qui prospectent pour acheter, a augmenté de manière significative.

Bilan marché immobilier.

2-3.jpg(AFP) - L'acquéreur d'un bien immobilier n'a pas à communiquer au vendeur le contenu du dossier qu'il soumet à la banque pour obtenir un prêt.

Le vendeur, selon la Cour de cassation, ne peut donc pas reprocher au candidat acquéreur qui a signé le compromis de vente, de n'avoir pas transmis un dossier suffisamment solide pour obtenir le crédit qui aurait permis de signer la vente.

Permettre au vendeur de contrôler le contenu du dossier de prêt soumis à la banque reviendrait à ajouter, pour l'acquéreur, une exigence que la loi ne prévoit pas, ont dit les juges.

Le code de la consommation prévoit que l'acquéreur ne peut se voir imposer un délai inférieur à un mois pour réaliser la condition suspensive d'obtention d'un prêt, mais il n'impose rien de plus. Le vendeur ne peut même pas exiger que l'acquéreur dépose sa demande de crédit dans un certain délai, a répété la Cour, comme elle l'avait dit en février dernier.

Elle a donc rejeté les demandes d'un vendeur qui estimait pouvoir vérifier que la demande de prêt avait été loyalement présentée, afin d'être obtenue.

Cependant, explique un avocat spécialisé, le vendeur peut exiger que l'acquéreur justifie avoir fait les démarches nécessaires auprès de son banquier ou d'un courtier pour obtenir son crédit. En cas de litige toutefois, c'est au vendeur de prouver que l'acquéreur aurait empêché par son attitude le bon déroulement de l'opération.

(Cass. Civ 3, 12.11.2014, N° 1341).